Encore une goutte de soleil de Marie-Pier Charron et sa lettre quotidienne "Matin Magique" dont je vous ai parlé plusieurs fois

«Marche face au soleil sans craindre la brûlure du bonheur et laisse ton ombre lutter contre les ténèbres dans ton dos.»
– Li-Cam

"On se demande parfois comment on peut bien être heureux malgré les difficultés qui présentent le bout de leur nez, malgré les injustices que l’on peut observer, malgré tous ces drames qui font l’actualité…

Or, la véritable question est plutôt : «Comment pouvons-nous ne PAS être heureux malgré tout?». Oui, comment pouvons-nous dire non à la paix lorsqu’on sait que l’avoir est la seule façon de la partager? Comment pouvons-nous dire non à la joie – à cet alignement qui nous amène à être particulièrement vibrants, aimants, généreux et rempli de solutions inspirées – par solidarité pour ceux que l’on veut aider? Comment pouvons-nous imaginer, ne serait-ce une seule seconde, que nous déconnecter de notre nature profonde puisse nous aider à relever les défis et à avancer?

Le bonheur n’est pas le résultat, mais la clé pour y arriver.

Et je vous en souhaite une méga dose en cette si belle journée… :-)"

Marie-Pier

Je me joins à ce souhait ; magnifique journée à chacun(e) et je vous offre ce passage d'un très beau livre de Jacqueline Kelen, "Le livre des louanges", qui me semble aller avec ce qui précède mais le mener plus loin :

La louange, qui coûte parfois beaucoup tant le malheur est pressant, est un exercice spirituel qui achemine vers la joie.

(...Elle) ) ouvre tout l'espace du coeur. Elle défie la douleur et l'incompréhension, surmonte le désespoir et le sentiment d'injustice. Elle acclame, remercie et bénit sans rien demander pour soi. (...) A notre monde qui ressasse les horreurs la louange peut sembler inconcevable, voire inacceptable : les guerres, les maladies, les crimes de toute sorte, la pollution, la misère, la famine...la liste est longue mais justement, le propre de la louange est de résister à ce monceau de malheurs. Elle est la force, l'entêtement et la joie du chant, qui persistent en dépit de tout. Elle ressemble à la rose d'Angelus Silesius qui "fleurit sans pourquoi". Elle ne cesse pas en temps de ténèbres, durant une maladie, pas plus qu'une rose ne retient son parfum lorsque sévit la guerre. Et elle continue de s'élever dans la plus noire déréliction, à la façon dont la rose embaume encore, même piétinée. Elle ne vainc ni la mort ni le mal mais, tant qu'une voix la porte encore en ce monde, elle convoque l'amour et la beauté pour leur faire face et suspendre, le temps d'un cantique, leur emprise. Elle n'est pas un remède ni une consolation mais la promesse enclose en tout commencement"

Que cette journée soit pour vous une occasion de louange, et que quelles que soient vos circonstances, elle vous mène à la joie.