Dans le 2e Livre des Rois, au chapitre 20, on trouve cet épisode :

"En ces jours-là, Ezekias fut atteint d'une maladie mortelle. Le prophète Esaie vint le trouver et lui dit :

"Ainsi parle le Seigneur, donne des ordres à ta maison car tu vas mourir, tu ne survivras pas !"

Ezekias tourna son visage contre le mur et pria le Seigneur en disant :

"Ah Seigneur, daigne te souvenir que j'ai marché en ta présence avec loyauté et d'un coeur intègre, et que j'ai fait ce qui est bien à tes yeux !"

Et il versa d'abondantes larmes. Isaie n'était pas encore sorti de la cour centrale que la parole du Seigneur lui fut adressée :

"Retourne et dit à Ezekias le chef de mon peuple:

"Ainsi parle le Seigneur, le Dieu de David ton père: j'ai entendu ta prière et j'ai vu tes larmes. Eh bien ! Je vais te guérir (...) j'ajoute quinze années à tes jours".

(...) Esaïe dit :

"Qu'on prenne un gateau de figues !"

On en prit un qu'on appliqua sur les tumeurs du roi et il fut guéri"

Belle histoire, dira-t-on, mais même si c'est vrai (et ça l'est), quel rapport avec aujourd'hui ? Voici un témoignage parmi d'autres entendus ce week end :

Deux personnes, appelons-les Simone et Robert, entendent parler d'un groupe de chrétiens qui organisent des diners après lesquels on parle de Jésus Christ. Par curiosité ils décident d'aller voir. Ambiance chaleureuse, le diner est bon, les gens très sympas et pour une fois on ne semble pas trouver leur allure ou leurs idées bizarres pour ne pas dire dérangeantes. Il faut dire que tant Simone que Robert n'ont vraiment pas eu une vie simple et facile et que ça se voit. D'ailleurs au début ils se sentent un peu décalés par rapport aux autres personnes, mais bon, ils reviennent et accrochent à ce qui se dit. Arrive la soirée sur le thème "Dieu guérit-il encore aujourd'hui ?" qui les passionne. Retour chez eux, ils trouvent leur voisin sur le palier, en larmes, complétement abattu : son petit garçon de 6 ans, qui s'était fait quelques temps plus tôt une blessure qu'ils pensaient sans gravité, a la gangrène, sa jambe est énorme, dure, horrible, il souffre terriblement et le médecin est très pessimiste, il va sans doute falloir couper la jambe. Robert s'exclame : "Mais ça tombe bien, on revient juste d'une soirée où on a dit que Dieu guérit, on va prier pour ton gamin !" Sitôt dit sitôt fait, une prière toute simple "Jésus, guérit ce petit, merci, amen". Et ils vont tous se coucher. Le lendemain on tambourine à la porte c'est le père fou de joie : la jambe est redevenue lisse et complètement saine.

 

Bonne soirée !

soleil 1droit